Canal Cubital au Coude

Le nerf ulnaire peut être comprimé à deux endroits : au coude et au poignet.

Au coude : la compression est située dans le tunnel cubital, 2 à 3 cm en dessous de l’épitrochlée. Le tunnel est coiffé d’un rétinaculum arciforme (ou arcade d’Osborne) tendu entre l’épicondyle médial et l’olécrane puis entre la portion proximale des deux chefs du fléchisseur ulnaire du carpe.

L’atteinte ulnaire dans le tunnel cubital apparaît souvent sans cause apparente et se manifeste par des paresthésies du 5e doigt et de façon caractéristique de la moitié externe du 4e, parfois des douleurs dans le même territoire. Le déficit moteur, contrairement au syndrome du canal carpien, apparaît précocement :  il touche les muscles de la main innervés par le nerf ulnaire, interosseux, abducteur du 5e doigt, adducteur du pouce. L’amyotrophie du premier espace interosseux est aussi précoce. L’atteinte du fléchisseur ulnaire du carpe est inconstante. Il n’y a jamais de déficit sensitif à l’avant-bras (territoire innervé par le brachial cutané interne). Et le troisième doigt n’est jamais intéressé par les troubles sensitifs.

Il existe fréquemment un signe de Tinel au coude. Il faut également vérifier si le nerf n’est pas instable dans la gouttière (importance pour l’indication thérapeutique).

Dans la majorité des cas, le diagnostic est facilement posé sur les seules données cliniques, mais il est parfois difficile et il faut alors éliminer une atteinte plexique ou radiculaire C8.

L’electromyogramme est alors indispensable.  Il permet d’éliminer l’atteinte radiculaire C8 ou plexique et de confirmer l’atteinte ulnaire au coude. Le potentiel sensitif recueilli au poignet après stimulation du 5e doigt est altéré (il est normal dans une atteinte radiculaire C8), le territoire médian est normal (doigts 3,2,1) et en cas de doute diagnostique, le brachial cutané interne est normal (C8-D1). Il existe un ralentissement significatif de la conduction nerveuse motrice au coude, à la fois en valeur absolue et en comparaison avec la conduction sous-jacente à l’avant-bras. Un bloc de conduction peut être observé. Cette altération focale est parfois en défaut, notamment dans les atteintes anciennes (en raison de la perte axonale).

L’imagerie est aussi ici parfois utile, en montrant une hypertrophie nerveuse ou une anomalie anatomique (muscle surnuméraire)

L’attitude thérapeutique dépend là aussi du degré d’atteinte nerveuse. Il faut néanmoins retenir que l’intervention chirurgicale est simple (neurolyse avec section de l’arcade d’Osborne) et donne des résultats très satisfaisants. La transposition antérieure du nerf est à éviter sauf dans les cas de luxation récidivante du nerf dans la gouttière.

L’attelle de mise en extension du coude peut être utilisée dans les formes très modérées où un facteur compressif a pu être mis en évidence.

 

Bibliographie :

Les Mononeuropathies; P. Bouche ; Editions Doins ; 2006

Sommaire : syndromes canalaires

  1. Syndrome du Canal Carpien
  2. Syndrome du Canal de Guyon
  3. Syndrome du Canal Cubital au Coude
  4. Syndrome du Défilé Cervico Thoracique
  5. Atteinte du Nerf Radial
  6. Méralgie Paresthésiante
  7. Atteinte du Nerf Péronier Commun au col du Péroné (Sciatique Poplité Externe)

 

 

One comment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s