Epilespie

L’épilepsie est une maladie neurologique chronique qui se caractérise par la répétition de crises d’épilepsie. Une crise épileptique unique ou la répétition de crises épileptiques au cours d’une affection médicale aiguë ne constitue donc pas une épilepsie.

La crise d’épilepsie se définit par l’ensemble des manifestations résultant d’une décharge électrique excessive des cellules cérébrales. Lorsque ces crises surviennent spontanément, à plusieurs reprises, on parle demaladie épileptique.Lorsque les crises se répètent sans interruption, on parle d’un état de mal épileptique. Il s’agit d’une urgence médicale qui nécessite une prise en charge immédiate.

Epidémiologie

L’épilepsie est la seconde maladie neurologique par sa fréquence après les accidents vasculaires cérébraux. Il y aurait 40 millions d’épileptiques. C’est une pathologie fréquente qui frappe 400 000 français dont 200 000 en âge de travailler. La distribution selon l’âge est particulière, en deux pics : l’un chez le petit enfant avant un an, l’autre après 75 ans.

L’étiologie des épilepsies demeure inexpliquée dans plus de 50% des cas.

Classification des épilepsies

Il n’existe pas une mais des épilepsies, différentes par leur âge de début, le type de crise, leur étiologie et leurs conséquences potentielles sur le développement de l’enfant. Ces différentes formes sont regroupées dans une classification syndromique internationale.

Le syndrome est défini selon 3 axes : âge, type de crise (partielle versus généralisée) et l’étiologie (symptomatique ou cryptogénique versus idiopathique).

Syndromes en relation avec une localisation

Idiopathique
Epilepsie bénigne de l’enfant avec pointes centrotemporales
Epilepsie de l’enfant avec paroxysmes occipitaux
Epilepsie primaire de la lecture

Symptomatiques
Epilepsie selon le foyer (temporal, frontal, occipital, pariétal) ou liée à une agression cérébrale
Epilepsie partielle continue progressive chronique de l’enfant (syndrome de Kojewnikow)
Syndrome caractérisé par des crises provoquées par des modes de déclenchements spécifiques

Cryptogéniques
Epilepsie selon le foyer (temporal, frontal, occipital, pariétal) mais sans évidence d’une agression cérébrale

Épilepsies généralisées

Idiopathique
Convulsions néonatales familiales bénignes
Convulsions néonatales bénignes
Epilepsie myoclonique bénigne du nourrisson
Epilepsie-absence de l’enfant
Epilepsie-absence juvénile
Epilepsie myoclonique juvénile
Epilepsie avec crise grand-mal du réveil
Autres épilepsies généralisées idiopathiques non définies ci-dessus
Epilepsies avec crises réflexes

Cryptogéniques ou symptomatiques
Syndrome de West (spasmes infantile)
Syndrome de Lennox-Gastaut
Epilepsies avec des crises myoclonoastatiques
Epilepsies avec absences myocloniques

Symptomatiques
Etiologie non spécifique
– Encéphalopathie myoclonique précoce
– Encéphalopathie épileptique infantile précoce avec suppression burst
– Autres épilepsies généralisées symptomatiques non définies ci-dessus
Etiologie spécifique – ici se trouvent les maladies spécifiques compliquées par les crises

Épilepsies dont la nature (focale ou généralisée) reste indéterminée

Avec des signes généralisés et partiels
Crises néonatales
Epilepsie myoclonique sévère du nourrisson
Epilepsies avec pointes-ondes continues pendant le sommeil lent
Epilepsie-aphasie acquise (syndromes de Landau-Kleffner)
Autres épilepsies indéterminées non définies ci-dessus
Sans signe univoque, partiel ou généralisé– les cas présentant les crises généralisées tonicocloniques sans autres éléments cliniques ou électroencéphalographiques ne permettent pas de dépister la nature des crises.
Syndromes spéciaux
Crises en relation avec une situation particulière (provoquées)
Convulsions fébriles
Autres crises provoquées
Crises isolées ou état de mal isolé


Diagnostic

Il repose sur l’interrogatoire du patient et/ou de son entourage : description scrupuleuse et précise du déroulement de la crise.

L’électroencéphalogramme (EEG) peut apporter des arguments car il peut montrer des anomalies paroxystiques (pointes ou pointe-ondes) cohérentes avec la présentation clinique des crises. Notons que lorsque le diagnostic de crise épileptique est porté cliniquement, il ne doit pas être remis en cause sur la seule constatation d’un EEG normal.
L’EEG a un intérêt dans la classification des épilepsies.

Le diagnostic de la cause de l’épilepsie se fera au moyen de techniques neuroradiologiques : imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM)

Traitement

Traitement médical
La grande majorité des épilepsies est traitée médicalement : 80 % des patients sont stabilisés par une monothérapie. Les médicaments antiépileptiques classiques agissent en diminuant l’excitabilité des membranes des neurones par interaction avec certains neuromédiateurs, certains récepteurs ou certains canaux ioniques.
La molécule choisie dépendra du diagnostic syndromique de l’épilepsie,de l’âge du patient, de l’étiologie.

Traitement chirurgical
Le traitement chirurgical d’une épilepsie est devenu un outil performant qui vise à supprimer le foyer épileptique et de ce fait la totalité des crises par cortectomie sélective.

1442688910_twitter_circle 1442688921_facebook_circle 1442688930_google_circle 1443196140_circle-tumblr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s