Fatigue dans la sclérose en plaque

La fatigue est l’un des problèmes les plus fréquents auxquels les personnes atteintes de SEP sont confrontées. Ainsi, plus de ¾ des patients affectés par la maladie s’en plaignent à leur médecin traitant. Véritable fléau, elle nécessite une investigation minutieuse afin de déterminer son origine et la traiter.

Les différentes formes de fatigue au cours de la SEP
Une fatigue normale
C’est-à-dire éprouvée après un effort. La SEP peut entraîner une fatigue disproportionnée par rapport à l’activité exercée. Celle-ci peut être diminuée ou évitée en adaptant l’effort à la capacité physique ou par un bon sommeil récupérateur.
Une fatigue psychologique ou déprime
Souvent accompagnée d’une perte de l’appétit, d’une perturbation du sommeil ou d’un manque de confiance, elle peut être traitée par de simples conseils excepté s’il s’agit d’une vraie dépression. Dans ce cas, des traitements médicamenteux et une psychothérapie sont nécessaires.
Une fatigue neuromusculaire
Elle est la conséquence de l’altération de la conduction nerveuse des muscles. Le meilleur moyen de l’éviter est d’alterner les périodes d’activité avec celles de repos permettant de récupérer.
La lassitude
Sa cause est inconnue. Il semblerait qu’elle soit due à des désordres biochimiques du cerveau. Pour la traiter, des psychostimulants ont été proposés mais ils entraînent des effets indésirables notamment sur la qualité du sommeil.

La fatigue et son impact
Celle-ci peut être source de conflits et de malentendus vis-à-vis de la famille, des collègues de travail ou de l’entourage qui peut avoir du mal à comprendre un symptôme invisible difficilement mesurable.
En plus de perturber la vie quotidienne des personnes atteintes de SEP, la fatigue peut aussi être source d’anxiété, d’autant qu’elle s’accompagne d’une aggravation parallèle des symptômes de la maladie.
Prendre en charge sa fatigue est donc important et ne doit en aucun cas être négligé.

La fatigue et sa prise en charge
Devant toute fatigue inexpliquée ou persistante, n’oubliez pas d’en parler à votre médecin traitant.
Peu de traitements se sont en fait révélés efficaces, même si quelques résultats positifs auprès d’un pourcentage de malades ont été obtenus par certains médicaments.
Même si la fatigue est aujourd’hui difficile à expliquer et que les traitements sont avant tout symptomatiques, de grands principes et quelques petits conseils pratiques peuvent améliorer le quotidien, comme :

  • Trouver un nouveau rythme de vie, c’est-à-dire gérer les périodes d’activité et de repos en planifiant sa journée.
  • Alléger ou simplifier ses activités afin de préserver son énergie.
  • Accepter de se faire aider par son entourage, ses collègues, une assistante…
  • Modifier ses priorités.

1442688910_twitter_circle1442688921_facebook_circle1442688930_google_circle 1443196140_circle-tumblr