Hypersomnie idiopathique

L’hypersomnie idiopathique est un trouble de sommeil qui se présente sous deux entités nosologiques: l’hypersomnie idiopathique avec augmentation de la durée du sommeil et celle sans augmentation de la durée du sommeil.

La prévalence n’est pas connue mais elle est estimée à 1/ 10 000- 1/ 25 000 pour la première et à 1/ 11 000 à 1/ 100 000 pour la deuxième. Toutes deux débutent avant 25 ans et sont observées dans les 2 sexes.

Woman Sleeping

L’hypersomnie idiopathique avec augmentation de la durée du sommeil est caractérisée par un sommeil nocturne de bonne qualité et de longue durée de 10 heures ou plus, une somnolence diurne excessive plus ou moins continue avec des épisodes de sommeil de longue durée et non rafraîchissants, et un réveil difficile avec une inertie ou ivresse du sommeil.

L’hypersomnie idiopathique sans augmentation de la durée du sommeil est caractérisée par une somnolence diurne excessive constante de plus de 3 mois quasi isolée avec des siestes diurnes involontaires plus ou moins rafraîchissantes. Le sommeil de nuit est de durée normale ou légèrement allongé mais inférieure à 10 heures, et la qualité du réveil souvent normale. La cause est inconnue.

Le traitement repose sur les stimulants de la veille. Le modafinil est le stimulant de première intention du fait de son meilleur rapport bénéfice/risque, puis viennent le méthylphénidate ou les amphétamines. Actifs sur la somnolence diurne, ces stimulants ont peu d’effet sur l’inertie du réveil constaté dans l’hypersomnie idiopathique avec augmentation de la durée du sommeil. La maladie a un retentissement social et professionnel négatif. Son évolution spontanée est souvent stable, avec quelques améliorations spontanées décrites.

1442688910_twitter_circle1442688921_facebook_circle1442688930_google_circle 1443196140_circle-tumblr