Vasculaire

Communément appelés « attaques cérébrales », les accidents vasculaires cérébraux (AVC) représentent la troisième cause de mortalité derrière les maladies cardiovasculaires et le cancer. Mais c’est la première cause d’invalidité lourde et la deuxième cause de démence dans le monde occidental. En France, chaque année 130 000 personnes sont victimes d’un AVC et la moitié en garderont de graves séquelles.

 Un accident vasculaire cérébral survient lorsque le flux sanguin rencontre un obstacle (caillot sanguin ou vaisseau sanguin rompu) qui bloque son passage vers les différentes parties du cerveau, ce qui prive ces dernières de leur apport vital en oxygène, causant leur disfonctionnement puis leur mort en quelques minutes.

 Les effets dévastateurs d’un accident vasculaire cérébral sont souvent permanents car les cellules cérébrales mortes ne sont pas remplacées.

Il existe deux types d’AVC :

  • les AVC ischémiques ou infarctus cérébraux (80% des AVC) : artère bouchée par un caillot de sang, ce qui bloque la circulation sanguine
  • les AVC hémorragiques (20% des AVC) : rupture d’une artère, déclenchant une hémorragie intracérébrale ou rupture d’un anévrysme (malformation vasculaire congénitale), entraînant une hémorrgie méningée.

 Il arrive que l’accident ne dure que quelques dizaines de seconde ou quelques minutes : on parle alors d’accidentischémique transitoire, lequel peut annoncer la survenue d’un accident définiti

Ce qui doit vous alerter…

Si vous, ou une personne de votre entourage, manifestez un seul des 5 signes décrits ci-après, vous devez sans attendre composer le 15 sur un téléphone fixe ou un portable

  1. faiblesse ou engourdissement soudain du visage, du bras ou de la jambe, d’un côté du corps,
  2. diminution ou perte de la vision, en particulier d’un seul oeil,
  3. perte soudaine de la parole ou difficulté d’élocution ou de compréhension de ce qui est dit,
  4. mal de tête sévère, soudain ou inhabituel, sans cause apparente,
  5. instabilité inexpliquée de la marche ou chute soudaine, vertiges (en particulier en association avec l’un des symptômes précédents.

 Ces symptômes peuvent disparaître tout aussi vite qu’ils sont apparus, sans laisser de trace, en moins de 24 heures; il s’agit alors d’un Accident Ischémique Transitoire (AIT), véritable signe précurseur de l’infarctus cérébral dont l’évolution est imprévisible

L’efficacité du traitement dépend de la rapidité de prise en charge

Lorsqu’il est dû à une artère bouchée, le patient n’a que 4 heures  30 minutes devant lui (imagerie comprise) pour bénéficier d’un éventuel traitement par thrombolyse, l’idéal étant d’être traité dans la 1ère heure (la thrombolyse, appelée aussi fibrinolyse, consiste en l’injection d’un produit destiné à détruire le caillot de sang).

Actuellement, seuls 1% des AVC pour vaisseau obstrué sont thrombolysés alors que 20 à 30 % pourraient l’être si les malades étaient pris en charge à temps

1442688910_twitter_circle 1442688921_facebook_circle 1442688930_google_circle 1443196140_circle-tumblr